Deux itinéraires de découverte

L'Histoire au Fil des Rues est une invitation à la promenade.
18 lieux chargés d'histoire vous sont présentés sur des panneaux ; des anecdotes y sont évoquées ; des photographies anciennes ou des dessins vous permettront de découvrir notre patrimoine communal.

2 parcours-promenade vous sont proposés.

Premier parcours : 3,1 km, 45 mn

Promenade à la découverte d'Auxances, de Migné et de la rivière Auxance.
Départ devant la mairie. Découvrez l’ancien château d'Auxances devenu un Carmel, son donjon du XIe siècle ; la traversée d'Auxances en 1910 : lieu de commerce et de rencontres, puis, par la rue de la Vauchèvre, empruntez le chemin ombragé du Pré-Armé bordant la rivière Auxance où seront évoqués les lavoirs pour terminer sur la place de l'église.

Itinéraire 1

Partant de la Mairie (plaque 8), remontez vers le château d'Auxances (plaque 9) par la rue du 8 Mai 1945 puis, empruntez les rues du Quéreux et de la Croix Baillon pour parvenir à la rue de Poitiers (plaque 10). Poursuivez votre promenade vers la rue de Saumur (plaque 11), empruntez à droite la rue de la Vauchèvre puis, remontez la rue de Sigon et prenez en haut à droite pour revenir vers la place du 11 novembre 1918, le chemin du Pré-Armé (plaque 12 et 7).

Second parcours : 8,5 km 2h

Promenade à la découverte du centre-bourg, des ponts sur l’Auxance, des carrières des Lourdines, de Nanteuil et Salvert.
Départ du cimetière du Porteau ; empruntez le pont Contreau, victime des caprices de la rivière qui vous mènera à la place du 11-Novembre, anciennement place de l'Église. Découvrez celle-ci en 1915 et l'église paroissiale marquée par « l'apparition de 1826 ». Un détour s'impose en passant par l’impasse de la Bourgeoisie en direction des carrières d'extraction de la pierre calcaire des Lourdines photographiées en 1904. Ce lieu de labeur est aussi un lieu chargé d'histoire avec son utilisation en dépôt de munitions pendant les 2 conflits mondiaux... Lieu tragique enfin avec le drame de 1917. Sera évoquée également l'utilisation de ces carrières en champignonnières (1926). Dirigez vous ensuite vers le bourg de Nanteuil avec son école communale évoquant la personnalité de Camille Demarçay, son café Giret puis vers Salvert avec son manoir du XVIIIe siècle. Le parcours peut être étendu jusqu’aux villages de Limbre et Moulinet.

Itinéraire 2

Départ du parking du cimetière du Porteau (plaque 1). Descendre la rue du Centre et prendre à droite la rue de Salvert puis la deuxième à gauche, le chemin de la montée du Porteau. Vous arriverez au Pont Contreau (plaque 2). Empruntez la rue du Centre en remontant vers l’église (plaques 3, 4, 5). Prendre la rue du Pilet, puis à droite l’impasse de la Bourgeoisie (plaque 6)    jusqu’à la rue de la Creuzette. Remonter par la rue Zamansky jusqu’à la rue des Lourdines (plaque 13 et 14). Passer au-dessus de la voie ferrée par le pont de Casse-Cruche, puis par la rue des Bas-Marteaux rejoindre le rond-point de Nanteuil et la rue Camille Demarçay (plaque 15). Par la rue Louis Plaud descendre vers la rivière (plaque 16), remonter vers Lavaud pour prendre à droite la rue de Lavaud et continuer par les chemin et rue de Salvert (plaque 17) jusqu’à la rue du Centre. A gauche retour vers le parking.

Au XIXe siècle et début du XXe, la vie quotidienne dans la commune était rythmée par 2 activités principales : la viticulture et l'extraction de la pierre calcaire.

La viticulture

Le vignoble s'étendait sur plus de 300 hectares, de Limbre aux Lourdines en passant par les coteaux d’Auxances et jusqu’à Nanteuil en remontant sur les coteaux de Chardonchamp. Ces vignes produisaient un vin rouge ordinaire, le vin blanc était de meilleure qualité particulièrement celui  produit à Chardonchamp. Le travail du vin faisait vivre une importante population.
En 1878, le phylloxéra détruisait en quelques années la totalité du vignoble provoquant le départ de plusieurs centaines d'habitants.

L'extraction de la pierre calcaire

Le territoire de la commune comptait plusieurs carrières aux Lourdines, à Bel Air, Limbre et Chardonchamp.
La pierre calcaire de Migné-Auxances était réputée car propice à la taille et à la sculpture.
Plus de 400 personnes étaient employées dans ces différentes carrières.
L'utilisation du béton a entraîné un lent déclin de la production. Plusieurs carrières étaient alors utilisées pour la production des champignons de couche. De 1945 à 1990, les carrières de Château Gaillard étaient utilisées pour y entreposer du matériel militaire.
Aujourd'hui, la carrière de Belle Roche est toujours en activité. Elle travaille essentiellement pour les monuments historiques français et exporte vers plusieurs pays étrangers dont le Japon et l’Allemagne.